Aujourd’hui, je voulais t’écrire un mot sur une chose qui fait une différence fondamentale dans mon quotidien.

Ça fait un bon moment maintenant que je mets ça en pratique et c’est d’une aide MAJEURE pour moi, pour m’aider à changer de comportement ou bien à prendre de nouvelles habitudes.

Personnellement :
 Ça m’a aidé à mettre en place mon rituel matinal
 Ça m’aide à avoir une meilleure alimentation
 Ça m’aide à être plus productive

Tu veux savoir ce que c’est ?

C’est tout simplement le fait de bien faire la différence entre « autodiscipline » et « environnement ».
Je m’explique.

Deux approches pour changer de comportement

Mettons que je souhaite manger mieux. Arrêter les cochonneries qu’on adore en général et choisir à la place des aliments sains.
J’ai 2 façons d’y parvenir.

➡️ APPROCHE N°1 – Me dire à qu’à partir de maintenant, je ne dois plus ouvrir le congélateur pour manger une glace en milieu d’après-midi quand j’ai un creux, ou bien que je ne dois plus toucher aux chips et cacahuètes que je sers à mes invités au prochain apéro.
Ça, c’est l’approche de l’autodiscipline.

➡️ APPROCHE N°2 – Me dire que je n’achèterai plus dorénavant de glaces, cacahuètes et chips quand je vais au supermarché. Car si je n’en ai tout simplement PAS, chez moi, je ne serais pas tentée d’en manger.
Ça, c’est l’approche du changement d’environnement.

Dans l’approche n°1, on doit faire refaire l’effort constamment.
Dans l’approche n°2, on fait l’effort une fois et on est sur des rails.

Faire les choses une bonne fois pour toutes

Au-delà de la simple réalisation de ceci, de nombreuses études tendent à montrer que notre autodiscipline est limitée. Je parle de l’une d’elles dans ma vidéo « Pourquoi il ne faut pas trop compter sur l’autodiscipline » dispo sur Youtube. Un peu comme si nous commencions la journée avec 30 crédits d’autodiscipline, et que chaque fois que l’on est face à une décision nécessitant notre autodiscipline, nous utilisions un ou plusieurs crédits, jusqu’à finir notre stock. Que se passe-t-il une fois que le stock est écoulé ? On revient à nos anciennes habitudes, à nos anciens comportements, …

D’un autre côté, vous avez sans doute déjà entendu cette citation de Jim Rohn, qui dit « nous sommes la moyenne des 5 personnes que nous cotoyons le plus souvent », ou peut-être déjà entendu parlé de l’étude qui suggère que si nous avons une personne obèse parmi nos amis proches, nous avons 47% de chances de plus d’être en surpoids également.

Nous sous estimons parfois trop l’impact que notre environnement (lieu de vie, lieu de travail, relations, …) a sur nous.

J’ai pris l’exemple de l’alimentation, mais on peut adapter cela à d’autres contextes : pour le fait d’arrêter de snoozer par exemple. Soit vous décidez de garder votre réveil à côté de vous, et vous comptez sur votre autodiscipline pour décider chaque matin de vous lever plutôt que d’appuyer sur le bouton Snooze, soit vous mettez votre réveil loin de votre lit pour vous obliger à vous lever lorsqu’il sonne : vous changez donc votre environnement PHYSIQUE pour faciliter considérablement votre changement de comportement.

Vous faites UN changement, une bonne fois pour toute, pour ne pas avoir à faire l’effort CHAQUE JOUR, à CHAQUE SONNERIE, de votre réveil.

Des exemples concrets

Certes, il n’est pas forcément possible d’utiliser CHAQUE FOIS des changements dans son environnement pour s’aider à changer de comportement. Mais c’est possible bien plus souvent qu’on ne le croit et parfois, en se creusant les méninges 5mn, on trouve une solution qui nous épargnera une quantité d’efforts et d’autodiscipline CONSIDÉRABLE, que l’on pourra alors utiliser dans d’autres domaines.

Voici quelques idées de changement d’environnement qui peuvent avoir un impact MAJEUR sur votre quotidien

> Changer son environnement physique (depuis le simple fait de changer votre réveil de place, changer ce qu’il y a des vos placards, enlever la TV du salon ou de la chambre, mettre votre smartphone dans une boîte en rentrant chez vous / le dimanche / au travail au lieu de le garder à côté de vous, …)
> Changer son environnement relationnel (vous éloignez des personnes négatives dans votre entourage, voir plus souvent les personnes qui ont un impact positif sur vous, rejoindre des groupes de personnes qui sont en train d’accomplir ce que vous souhaitez accomplir, rejoindre un mastermind, …)
Et il y en a d’autres !

Changer votre environnement peut vous aider à PROGRESSER BIEN PLUS VITE ET BIEN PLUS FACILEMENT.

Pour aller plus loin

C’est quelque chose que je prends désormais en compte dans toutes mes formations, pour aider mes inscrits à profiter du levier majeur qu’est l’environnement afin d’être plus productif, plus facilement. J’ai notamment créé la formation « Décupler sa Productivité » en faisant en sorte d’y intégrer le plus de changements d’environnements et le moins d’autodiscipline possible, pour faciliter la mise en place des changements dans le quotidien. D’ailleurs, si tu es intéressé par la formation et que tu souhaites pour avoir plus de temps de libre, créer plus de résultats et passer plus de temps avec tes proches, dis-le moi par email à contact@lauramabille.fr

Si tu t’intéresses à la productivité, j’ai résumé 2 livres références en la matière (l’Art d’Aller à l’Essentiel et The One Thing), tu peux les télécharger gratuitement ici

ACTION ! 
Dans tes challenges actuels, qu’est-ce que TU peux faire pour changer ton environnement et ainsi avoir besoin d’utiliser bien moins d’autodiscipline et augmenter radicalement tes chances de succès ? Réponds en commentaires 😉


Cet article a initialement été publié par Laura Mabille sur le groupe Facebook « Libres et Productifs »

Pin It on Pinterest